ART ET JEUNESSE. Un numéro spécial du Ciné Journal Suisse dans le cadre de l’Expo 64 (1131-1)

  • Musik, Französisch
  • 1964-09-25
  • Dauer: 00:08:04

Beschreibung

Communiqué :
Le deuxième numéro spécial en couleur du Ciné Journal Suisse pendant l’Expo 64 donne un aperçu du labeur de nos jeunes artistes. Le film commence par quelques vues des œuvres exposées au Palais de Rumine à Lausanne sous le titre : “Art suisse au 20ème siècle”. – A l’Académie des Beaux-Arts de Genève on s’efforce de stimuler et de soutenir les forces créatrices de la jeune génération. – A la Kunsthalle de Berne, chaque année sont présentées des œuvres des jeunes débutants qui briguent une bourse d’étude offerte par la Confédération. C’est au jury de la Commission fédérale des Arts qu’incombe la tâche difficile de découvrir de jeunes talents et de les encourager dans leur développement par un soutien financier. – Dans tout le pas, des jeunes artistes sont à l’œuvre : à Moosseedorf un modeleur de fer, Bernhard Luginbühl, fait déjà partie de l’élite actuelle – à Bienne Silvia Steiner, peintre et dessinatrice en tissu, a reçu 3 prix de la Commission fédérale des Arts et son mari, Jörg Steiner, est un écrivain notoire – à Lucerne Peter Benary a obtenu le prix Maurice Sandoz pour sa “Sinfonietta” qui est exécutée à l’Expo par “l’orchestre des Jeunesses musicales de Suisse” en 1ère audition sous la direction de Robert Dunand – à Berne de jeunes danseurs sont formés par Harald Kreuzberg – à Zurich dans un studio de films, Florian Lan et Yves Andres ont créé un nouveau procédé de films à trucages dessinés – un nouveau clown suisse est né : Dimitri – au Tessin le peintre Miro Carcano. – Cet aperçu des œuvres de nos jeunes artistes prouve que la Suisse n’est pas seulement un pays d’industrie et de tourisme mais qu’elle sait aussi favoriser et apprécier l’art.

Commentaire :
L’art suisse au 20ème siècle. De Ferdinand Hodler : la bataille de Morat. / Giovanni Giacometti : le pain et une œuvre de Cuno Amiet. Des noms connus, des œuvres célèbres. Ces artistes, déjà à l’époque où ils vivaient, étaient en avance sur leur temps. Et chacun d’eux a suivi un chemin semé d’embûches à la recherche d’un idéal semblant toujours insaisissable, d’une nouvelle expression de l’art pictural. / Il en est de même pour la jeune génération de peintres. Elle ne met pas de freins à sa recherche de l’inconnu et d’obstacles à l’éveil de ce qui dort en elle. L’Académie des Beaux-Arts de Genève met tout en œuvre pour faciliter la poussée des forces créatrices de la jeunesse et se défend d’imposer à nos futurs artistes une manière uniforme de peindre ou de sculpter. / Sans cela, l’art ne serait plus ce qu’il doit être. Cependant certains enseignements traditionnels doivent être maintenus. L’ambition de l’Académie est de donner à ses élèves les connaissances techniques de leur art et de développer leur personnalité. / Le modelage exige une grande discipline de soi-même. L’œil et la main doivent pouvoir comparer sans indulgence l’œuvre au modèle. / Avec son marteau et son ciseau, le sculpteur donne vie à la pierre, en façonnant des volumes et des creux, des masses et des vides. / Exposition d’œuvres de la jeune génération au Musée des Beaux-Arts de Berne. Près de 300 peintres, sculpteurs et graphistes ont participé cette année au concours pour l’obtention d’une bourse de la Confédération. Le jury a la redoutable tâche de découvrir des jeunes talents, afin de les encourager en les aidant financièrement. / Tout sérieux effort artistique doit être encouragé. Cependant, la question est de savoir où cesse le sérieux et où commence le rire. / Cet artiste adonné à un travail que l’on peut mène qualifier de pénible, s’est déjà fait un nom qui figure en tête de liste de ceux qui appartiennent à l’avant-garde : Bernhard Luginbühl. Un Vulcain moderne qui crée avec le fer et le feu des images magiques. / Des figures abstraites, certes, mais fascinantes de force et de maîtrise. / Un autre art, quasiment oublié, la peinture sur étoffe reprend vie à Bienne. / Silvia Steiner, 3 fois titulaire de bourses offertes par la Confédération, prépare ici un échantillon à l’aide de simples couleurs à l’eau. Cette esquisse sera ensuite reportée sur le tapis original par un procédé utilisant la cire. / Et pendant que Silvia Steiner effectue toutes les besognes inhérentes à son métier… son mari, dans une autre pièce, achève un nouveau roman. En effet, Jörg Steiner est un jeune écrivain de langue allemande, qui n’hésite pas comme ses confrères suisses français, à affronter à cœur ouvert, les problèmes de notre temps. Et non pas ceux qui intéressent, au premier chef, les Suisses, mais ceux qui embrassent le monde. Steiner crée lui aussi une nouvelle forme de la pensée et du langage. / A Lucerne, nous surprenons, en plein travail, un jeune compositeur : Peter Benary. / Ce dernier a obtenu le Prix Sandoz pour sa “Sinfonietta” qui a été créée à l’Exposition nationale par l’orchestre des Jeunesses musicales de Suisse, sous la direction de Robert Dunand. / Cette grâce et cette légèreté dissimulent une discipline de fer. La danse est une école astreignante, surtout sous la conduite d’un maître comme l’Allemand Harald Kreuzberg, qui forme à Berne nos étoiles de demain. La danse moderne est l’expression animée de l’esprit grâce au mouvement, au rythme et au geste. / La jeune génération se manifeste aussi dans le domaine du cinéma. / A Zurich, Florian Lan et Yves Andres ont mis au point un nouveau procédé cinématographique, qui se situe entre le dessin animé traditionnel et le graphisme moderne. Ce qui offre d’étonnantes possibilités, comme en témoigne cet extrait d’un film consacré à l’épopée napoléonienne, du sacre à l’incendie de Moscou. / Danse, musique, mime, un clown se doit de posséder ces trois arts. De plus, il doit passer du rêve à la réalité, de la tendresse à la sagesse, nous faire partager ses rires et ses larmes. Dimitri, un jeune qui a choisi cette vocation y réussit pleinement. / Au Tessin, nous rencontrons Miro Carcano, lui aussi titulaire d’une bourse fédérale. Un artiste qui n’a jamais fréquenté d’école de peinture. Ses toiles s’inspirent des expressionnistes allemands. Ce n’est pas encore un innovateur, mais il cherche encore sa propre voie. Et peut-être que son chemin le conduira là, où nous avons commencé ce petit panorama du jeune art. Un rapide tour d’horizon qui a prouvé que même au 20ème siècle, en Suisse, l’art n’est pas une activité mineure et il réussit brillamment à se développer. /

Communiqué_1131.pdf
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.