La Swissair en Afrique (1161-5)

  • français
  • 1965-04-23
  • Dauer: 00:03:03

Beschreibung

Communiqué :
La nouvelle ligne de la Swissair, Genève-Abidjan-Monrovia, relie une fois par semaine, en 5 heures et demie, notre pays à la Côte d’Ivoire et au Libéria.

Commentaire :
Inauguration de la nouvelle ligne Genève-Abidjan-Monrovia desservie par la Swissair. Une fois par semaine, un Coronado relie la Suisse au Libéria et à la Côte d’Ivoire en 5 heures et demie. / L’arrivée à Monrovia, capitale du Libéria, a lieu de nuit. Monrovia, ville de 50’000 habitants est le port le plus important du Libéria, Etat, fondé en 1822 par d’anciens esclaves d’Amérique du Nord, revenus sur la terre de leurs ancêtres et dont la constitution républicaine, basée sur celle des Etats-Unis, remonte à 1847. / Comme partout en Afrique, le marché animé et pittoresque, ne cache pas la pauvreté de la population, malgré une industrialisation en progrès, des exportations plus intensives de caoutchouc et de cacao, l’exploitation plus grande des mines de fer, de cuivre, d’or et de diamant. / Mais déjà l’appareil de la Swissair, ayant à son bord des représentants des autorités et de la presse suisses vole vers la seconde escale de la ligne : Abidjan, capitale depuis 1958 de la République de la Côte d’Ivoire. / Abidjan, un des ports les plus beaux d’Afrique, fondé en 1898, devint en 1934 le siège de l’administration de la colonie alors française. Abidjan compte aujourd’hui plus de 200’000 habitants. / L’influence française se fait toujours sentir, la politique d’assimilation raciale fit qu’aujourd’hui plus de 60 tribus vivent pacifiquement entre elles, sans animosité non plus contre la race blanche. / Le touriste ici, est comblé, un tel spectacle, il n’avait pu le voir jusqu’ici qu’au cinéma ! / Dans les bâtiments modernes, les enfants sont comme des oiseaux en cage… et malgré l’existence de cuisines modernes, les parents ne peuvent s’empêcher de préparer les repas selon les vieilles traditions de la brousse, à l’air libre ! / Cependant, c’est aujourd’hui un poste de radio à transistors qui console l’enfant qui pleure ! / Le moment le plus important du voyage fut une audience accordée par le Président de la République, Monsieur Houphouët-Boigny, un des plus dynamiques partisans de l’unité africaine et qui aspire en même temps à une collaboration empreinte d’amitié avec le monde occidental européen, car son pays a besoin avant tout de logements, de routes, d’écoles, d’hôpitaux et d’industries. /

Communiqué_1161.pdf
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.
Kommentieren