Numéro spécial à l’occasion du 25ème anniversaire du Ciné Journal Suisse (1188-1)

  • Französisch
  • 1965-11-19
  • Dauer: 00:10:55

Beschreibung

Communiqué :
Un montage rétrospectif consacré aux reportages suivants :La mobilisation en 1939 * Notre Général * Echange de grands blessés * La misère des autres * La fin de la guerre * L’aide suisse à l’étranger * Le sort de nos vieillards * Un nouveau Saint entre dans l’Eglise * Winston Churchill à Berne * Le Général de Gaulle à Genève * 5èmes Jeux olympiques d’hiver à St-Moritz * La Fête des vignerons à Vevey * Une victoire de la chirurgie *Les avalanches meurtrières de l’hiver 1951 * Ferdinand Kübler, champion du monde * La Conférence des quatre à Genève * Les têtes célèbres * L’entrée des femmes dans la vie politique de notre pays * D’un village d’enfants un village de savants * L’inauguration du CERN * L’ère atomique a aussi commencé en Suisse * Le barrage de la Grande Dixence * A la mémoire d’Arthur Honegger * Les adieux du pays au Général * Le percement du Grand St. Bernard * L’exposition nationale de Lausanne *

Commentaire :
Lorsque parut le premier numéro du Ciné Journal Suisse, personne ne savait, encore si la tourmente qui s’était abattue sur l’Europe, allait épargner notre pays. L’armée était sur le pied de guerre, prête à défendre non pas simplement des frontières, mais une liberté, un genre de vie, des valeurs spirituelles. / La Suisse est isolée dans une Europe en guerre. Premier souci de nos dirigeants, assurer le ravitaillement de la population, produire pour se nourrir. La volonté de résistance était personnifiée par le Général Henri Guisan. Pour lui, il n’y avait pas de compromis. Nous devions nous défendre. / Les drapeaux de la Suisse et de la Croix-Rouge étaient un symbole : venir en aide au lieu de se plaindre, intervenir en faveur des malheureux au lieu de haïr. / Echange de grands blessés. La guerre nous montrait son sinistre visage. / Et ce fut la libération outre-Jura en été de 1944. De nouveau la guerre se rapprochait de nos frontières, de nouveau nous la vivions, sans souffrir, mais en essayant de soulager la misère des autres. / Alors vinrent les soldats vaincus de la race des seigneurs qui mirent bas leurs armes et leur orgueil. / Et enfin, après 6 longues années de tristesse et d’abattement, ce fut une explosion de joie dans toute l’Europe. / Quelques mois plus tard, le Général Guisan prenait congé de l’armée, en s’adressent pour la dernière fois à ses soldats en tant que Commandant en chef. / Tout ce qui nous avait épargné, nous le découvrions dans les pays voisins. On leur vint en aide certes, mais avons-nous fait assez ? Pendant ce temps, à la question de savoir s’il fallait aussi se préoccuper du sort de nos vieillards et de nos orphelins. Le peuple suisse prononça un oui massif. / A Rome, les vertus de Nicolas de Flüe, sa sagesse, son action lors du conflit confessionnel qui divisait nos ancêtres, furent solennellement sanctionnées par le Pape Pie XII. Un nouveau Saint entrait dans l’Eglise. / La reconnaissance était dans tous les cœurs, lorsque Winston Churchill, le lion qui s’était tant battu pour la liberté, vint en visite en Suisse. A Berne, ses paroles furent pleines de chaleur. / Genève accueille avec enthousiasme, le premier Résistant de France, venu assister au mariage de sa nièce. / 30 janvier 1948 : ouverture des 5èmes Jeux olympiques d’hiver à St-Moritz. En bob à deux, Félix Endrich et Friedrich Waller remportent une médaille d’or pour la Suisse. / Mais ce n’était pas la seule. Au slalom, Edy Reinalter devait battre les meilleurs skieurs du monde, tandis que Gretchen Fraser et Hedy Schlunegger devaient dominer dans la descente-dames. Des chutes aussi spectaculaires, il y en a, bien sûr, tous les hivers depuis que les hommes ont découvert les joies du ski ! / En 1955, après une interruption de 28 ans, Vevey hisse les oriflammes de sa célèbre Fête des vignerons. Plus de 2000 acteurs célèbrent le vignoble. / Ce document illustre une victoire de la chirurgie. C’est une des premières greffes de la cornée effectuée avec succès dans une clinique genevoise. Un fragment de cornée prélevé sur un œil biologiquement sain est encastré dans la cornée malade. Un aveugle a redécouvert la lumière. / En hiver de 1951, des avalanches meurtrières s’abattirent dans plusieurs régions de notre pays, des villages furent anéantis, des femmes, des enfants, des hommes disparurent dans les masses de neige, comme ici à Airolo. / C’est sous un ciel plus clément, que la même année Ferdinand Kübler s’adjugea le titre de champion du monde à Varese. / Un autre champion, cette fois de la coexistence pacifique, Nikita Krouchtchev apparaissait au monde, à Genève. / Le Président Eisenhower et Forster Dulles allaient aussi participer à cette Conférence des 4. / Le monde espérait beaucoup d’Ike / …de Boulganine...de Krouchtchev et de Joukov… d’Anthony Eden… et d’Edgar Faure. / Si les photos de famille ont toujours une place d’honneur dans les archives, les portraits ne manquent pas non plus. / Théodor Heuss, Hammarskjöld, Nehru, Chaïm Weizmann d’Israël, Léon Jouhaux, Prix Nobel, Rudolf Minger, Paul Henri Spaak, Adenauer, Chou en Laï, Lyndon Johnson, venu à Genève en 1961. / Le petit village valaisan d’Unterbäch prend la vedette dans notre pays, en accordant le droit de vote aux femmes, bien que la Constitution fédérale ne le leur reconnaisse pas. / Ce n’est que plus tard, que l’on verra une femme, Mlle. Emma Kammacher, présider aux destinées d’un parlement cantonal, le Grand Conseil genevois. / En Appenzell, le village Pestalozzi est une véritable communauté enfantine, sans distinction de races et de nationalités. / D’un village d’enfants, à un village de savants, il n’y a qu’une différence de génération. A Meyrin, le centre européen de recherches nucléaires devient une gigantesque communauté scientifique de 13 nations. / Oppenheimer, le savant américain, l’Allemand Heisenberg et Niels Bohr, le père de la science atomique, étaient présents à l’inauguration du CERN. / En Suisse, l’ère atomique a aussi commencé. A Würenlingen, Mr. Max Petitpierre met en marche notre premier réacteur nucléaire. / 285m telle est la hauteur du barrage de la Grande-Dixence, car nous devons toujours trouver des ressources d’énergie dans les eaux de nos montagnes. Après 8 ans de construction, le barrage est mis en service en 1961. / Un grand musicien est dans toutes les mémoires : Arthur Honegger. En 1947, au cours du festival qui lui était consacré à Lugano, il dirigea son “Vol sur l’Atlantique” du film Mermoz. / 8 ans plus tard, Honegger s’éteignait à Paris. / Thomas Mann nous rendit visite lors de son 75ème anniversaire… et le Général Guisan, 86 ans, prononçait des paroles qui étaient déjà un adieu. / Un adieu que tout le pays lui a fait solennellement en 1960 à Lausanne, en témoignage de sa foi et de son courage. / Le 5 avril 1962, le premier tunnel routier à travers les Alpes était définitivement percé. Le Grand St-Bernard n’était plus un obstacle en hiver. / En 1964, pendant 6 mois, l’Exposition nationale de Lausanne allait être le reflet permanent de notre pays, la concrétisation des forces vives de notre peuple, une démonstration de nos traditions et de notre évolution, à la fois un bilan et une critique originale de l’œuvre de la nation. Une prise de conscience des problèmes actuels que nous devons résoudre pour l’avenir. /

Communiqué_1188.pdf
Dieses Dokument wurde mit der Unterstützung von Memoriav erhalten.